Antimémoires, septembre 2018

Je crache de l’eau. Je crache de l’herbe. Je crache des pierres. Je crache la Terre.

Et j’en chie.

Je crache du sable. Je crache du sel. Je crache un soir Puis : oh, un rayon vert.
Et j’écume.

J’ai vomi des souvenirs. J’ai vomi mes rêves. Puis j’ai vomi une serpillère, lentement, doucement, méthodiquement.
Et j’en rie.

J’ai trop parlé. Je n’ai rien porté. J’ai laissé les vitres ouvertes et 4 places vides.
Et je roule encore.
L’eau, l’herbe, les pierres, la Terre, le sable, le sel, un soir puis le rayon vert. Les souvenirs, les rêves, la serpillière. Je ne dis plus rien. Je reprends tout. Je porte tout. Je ne roule plus. Je marche.

C’est dur.
En septembre, je crie l’entrée dans une gorge nouvelle. Je cherche la cascade. Et je crie encore un chemin à la craie, un chemin que je crée. J’arrive enfin et je souhaite tout laver, lentement, doucement, méthodiquement. L’eau, l’herbe, les pierres, la Terre, le sable, le sel, un soir, le rayon vert, les souvenirs, les rêves, la serpillière. Tout laver. J’écris.

Yann Hamonet
espace web de Romain Philippon, photographe indépendant
Septembre 2018

Je vous invite à apprécier les photographies accompagnées des textes sur http://www.antimemoires.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s