Jack dans le quartier

horloge 300

Pleurer, mais pleurer de joie. Aimer, mais aimer faire mal.

Jack a mis un pied devant. Le vide, mais le vide installé dans son cœur. Battant le pavé, Jack partit d’un pas décidé. De vivre, la ville ne cessait jamais, et dans ses artères grises, les pas des passants. Dépassé par les uns et dépassant les autres, Jack marcha le long de la rue et tourna. Il voulu tourner correctement mais il tourna en rond. Ce fut long. Il tourna longtemps. Mais le temps, bien que grand, fut clément. L’horloge avait son quartier, comme la lune a le sien. Jack continuait son trajet précisément dans le quartier de l’horloge. Ce qui faisait de Jack un homme ponctuel quoiqu’il arrive. Et ça arriva. L’arrivée. Ouf. Il prit place. L’avion. Il décolla, mais il ne fit que décoller ses fesses du banc sur lequel il venait de s’assoir, à son arrivée. Les pigeons s’envolèrent. L’avion, bien plus haut, laissait une trace blanche légère et décidée par l’avion à la craie au dessus du parc du quartier de l’horloge. Décidée, oui. Jack se gratta une fesse et se rassit. Il repensa au premier pas mis devant le vide, devant le vide de son cœur. Il voulu mourir et il mourut d’ennui. L’ennui, c’est que ça ne dura pas longtemps cette fois. Une petite fille le dérangea. Il enterra donc ses sombres pensées. De la terre du parc, la petite fille venait de sortir une fleur avec ses racines. Elle demanda à Jack pourquoi il était vieux et si ses rides étaient dues aux racines d’une fleur. Jack lui répondit qu’il avait planté il y a quelques années des allumettes. – des allumettes ? – Oui. Il avait planté des allumettes dans un noyau d’avocat pour qu’il pousse dans un verre, au dessus d’un peu d’eau. Des racines étaient en effet sorties. Depuis : voilà. Des rides d’avocat s’en suivirent. Car Jack était avocat. Il mourut maintenant d’envie de raconter des tas d’histoire du barreau à la petite fille. Mais, venant de la pelouse, détalant de derrière le banc, une mère bien plus mante religieuse que poule fléchit les genoux et s’agenouilla devant l’enfant. Jack, la mère et l’enfant firent le dos rond et se regardèrent tour à tour. Le barreau. Quel scandale ! – Vous avez parlé à mon enfant ; je vous préviens ; vous allez avoir besoin d’un avocat. Vous n’êtes qu’un père vert. Je ne vois pas d’autre couleur pour un homme comme vous. D’ailleurs d’où vous viennent ces rides, de quelles racines ? Cul terreux ! dit la mère. Elle prit la petite fille par le bras et fit une sortie face à Jack, et en arc de cercle, comme le font les mantes religieuses.

Jack fut très étonné, puis furieux puis il se dit qu’il ne ferait la prochaine fois pas de quartier. Alors le quartier de l’horloge, qui avait tout entendu, disparu, le parc aussi et Jack mourut si subitement d’une fin de texte.

Yann Hamonet

Réponse à la proposition 169 de l’Atelier Ecriture Créative

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s